Bannière Ecriture
Vous êtes ici : AccueilEcrire › Règles et correction orthographique

Règles typographiques et correction orthographique


Règle typographiques et vérification de l'orthographe

Ce petit guide est destiné à répertorier les principales conventions typographiques basées pour la plupart sur les recommandations du Lexique des règles typographiques en usage à l'Imprimerie nationale, Imprimerie nationale, 2002, édition octobre 2007 (ISBN 978-2-7433-0482-9).

Vous constaterez que je n'ai pas toujours respecté ces règles de typographie dans la conception de ce site...

Je commencerai par les liens les plus probants concernant la correction orthographique...

 


Correction orthographique

Office québécois de la langue française

Banque de dépannage linguistique

Les réponses aux questions les plus fréquentes sur l'orthographe, la grammaire, la syntaxe, la ponctuation, le vocabulaire, la typographie...
Par l'Office québécois de la langue française.
Attention à son application pour les documents français, certaines règles pouvant peut être avoir évolué.

Bréviaire d'orthographe française
Un bréviaire d'orthographe canadien, également téléchargeable au format .hlp (fichier d'aide Windows).

Bon Patron
Correcteur de grammaire trouvant les fautes de grammaire et d'orthographes en français.
Il suffit de couper/coller votre texte ou de le taper directement.

Dictionnaire des synonymes de l'université de Caen
Dictionnaire des synonymes accessible en ligne.

Dictionnaire terminologique
Un dictionnaire terminologique comportant 3 millions de termes français, anglais et latin dans 200 domaines spécialisés.

MySpell :
Correcteur de la suite OpenOffice.org

Orangoo Spell Check
Correcteur orthographique en ligne pour vos documents. Plusieurs langues, dont le français.
http://orangoo.com/spell/

Orthographe Recommandée
Site d'information sur la nouvelle orthographe française actualisée.
http://www.orthographe-recommandee.info/

Translated Labs - Pour analyser les 300 premiers mots d'un texteTranslated LABS

Pour analyser les 300 premiers mots d'un texte. Plusieurs langues disponibles.

http://labs.translated.net/correcteur-orthographe

De plus, Translated Labs (T-Labs) est un centre de recherche où des informaticiens et des linguistes élaborent des méthodes pour enseigner aux ordinateurs à s'exprimer comme des être humains.

 


ATILF - Analyse et traitement informatique de la langue française Trésor de la Langue Française

La version en ligne du Trésor de la Langue Française, un dictionnaire parmi les plus complets disponible sur le net.

www.atilf.fr

 


Logiciels qui peuvent être achetés en complément des dictionnaires et correcteurs usuels installés dans le logiciel de traitement de texte ou de mise en page :

  • Antidote (propriétaire)
  • Cordial (propriétaire)
  • Le Correcteur 101 (propriétaire)
  • Le Correcteur bilingue (propriétaire)
  • RankSpirit (propriétaire, en ligne, interface permettant d'utiliser "LePatron" pour vérifier l'orthographe et la grammaire de pages Web en ligne)
  • Synapse pour le français)
  • ProLexis (propriétaire - Langues française et anglaise, dictionnaires)
  • StyleWriter (propriétaire, pour l'anglais)
  • Grammatica - propriétaire (quoiqu'un outil libre paraît porter le même nom (lien) -, anglais, français, espagnol et allemand)

 


Règles typographiques

Abréviations

Pour assurer une meilleure lisibilité, il est conseillé de ne pas abréger les mots du langage courant dans le corps des articles (sont par exemple à proscrire les abréviations du type de « par ex. » pour « par exemple »).

Voici une liste d'abréviations pour lesquelles les erreurs sont fréquentes :

  • « etc. » se termine toujours par un point abréviatif et ne doit jamais être suivi de points de suspension, qui ont à peu près le même sens.
  • « premier » (masculin) s'abrège de la façon suivante : 1er ou Ier ;
  • « première » (féminin) s'abrège de la façon suivante : 1re ou Ire (et non 1ère) ;
  • les autres nombres ordinaux (deuxième, troisième...) s'abrègent ainsi : 2e ou IIe, 3e (et non 2ème, IIème, 3ème).

Règles générales

  • Une abréviation qui ne se compose que des premières lettres du mot se termine par un point :
    référence = réf.
  • Une abréviation qui se termine par la dernière lettre du mot ne comporte pas ce point final :
    boulevard = bd
  • L'abréviation des groupes de mots ne comporte pas de point final : s'il vous plaît : SVP ou svp

Il y a cependant des exceptions consacrées par l'usage.

On abrège

  • après Jésus-Christ, par apr. J.-C. ou apr. J-C
  • avant Jésus-Christ, par av. J.-C. ou av. J-C
  • article, par art. (ne s'abrège pas lorsqu'il s'agit de l'article premier de statuts ou de titres de lois)
  • bas de casse (minuscules), par bdc
  • basse tension, par BT
  • bon à tirer, par BAT
  • capitale (d'un pays), par cap.
  • capitale (majuscule), par CAP
  • c'est-à-dire, par c.-à-d. ou c-à-d
  • confer, par cf.
  • département, par dép.
  • environ, par env.
  • et cetera, par etc. (pas de points de suspension ni de répétition)
  • exemple, par ex.
  • faubourg, par fg
  • féminin, par fém.
  • figure, par fig.
  • habitants, par hab.
  • haute tension, par HT
  • hauteur, par H. ou haut. (H est le symbole de l'hydrogène)
  • hors taxes, par ht
  • idem, par id.
  • introduction, par introd.
  • largeur, par l. ou larg. (l veut dire litre)
  • longueur, par L ou par long.
  • Madame, par Mme
  • Mademoiselle, par Mlle
  • masculin, par masc.
  • Mesdames, par Mmes
  • Mesdemoiselles, par Mlles
  • Messieurs, par MM.
  • Monseigneur, par Mgr
  • Monsieur, par M. (et non pas par Mr.)
  • moyenne tension, par MT
  • numéro, numéros, par no, nos
  • nota bene, par NB
  • page, par p. (ne se répète pas : p. 127 et 128)
  • paragraphe, par § (ne se répète pas : § 4 et 5)
  • par intérim, par p.i.
  • par ordre, par p.o.
  • pour cent, par p. 100 ou par %
  • pour mille, par p. 1000
  • post-scriptum, par P-S
  • président directeur-général, par pdg
  • recto, par ro, verso, par vo
  • répondez s'il vous plaît, par RSVP
  • sans garantie du gouvernement, par SGDG ou sgdg
  • sans lieu ni date, par s.l.n.d.
  • siècle, par s.
  • société, par sté ou Sté
  • société anonyme, par SA
  • société à responsabilité limitée, par SARL
  • suivant(e)(s), par suiv.
  • supplément, par suppl.
  • taxe sur la valeur ajoutée, par TVA
  • téléphone, par Tél. ou tél.
  • toutes taxes comprises, par TTC

Points cardinaux

Nord, Sud, Est, Ouest : N, S, E, O ou W NE, NO, SE, SO ou SW, NNE, NNO, SSE, SSO ou SSW, NNE-SSE, etc.
Ex. Ces gens sont originaires de l'Ouest. Il a marché plein sud.

Mesures légales (loi du 3 mai 1961)

Ces abréviations sont invariables au pluriel. Là aussi, on abrège.

  • ampère(s), par A
  • are(s), par a
  • centiare(s), par ca
  • centigramme(s), par cg
  • centilitre(s), par cl
  • centimètre(s), par cm
  • décalitre(s), par dal
  • décamètre(s), par dam
  • décibel(s), par dB
  • degré(s), par °
  • degré(s) Celsius, par °C (25 °C)
  • degré(s) Fahrenheit, par °F (80 °F)
  • franc(s), par F (1 F, 357 F, 675,24 F)
  • grade(s), par gr
  • gramme(s), par g
  • hectare(s), par ha
  • hectogramme(s), par hg
  • hectolitre(s), par hl
  • hectomètre(s), par hm
  • heure(s), par h (20 h, 20 h 30)
  • jour(s), par j ou par d
  • kilogramme(s), par kg (1 kg, 25,5 kg)
  • kilomètre(s), par km
  • kilomètre(s) par heure, par km/h
  • kilowatt(s), par kW
  • kilowatt(s)-heure, par kWh
  • litre(s), par l
  • mètre(s), par m, mètre(s) carré(s), par m2, mètre(s) cube(s), par m3
  • mètre(s) par seconde, par m/s
  • millibar(s), par mbar
  • millilitre(s), par ml
  • millimètre(s), par mm
  • minute(s), (angle) par '
  • minute(s), (temps) par min
  • quintal, quintaux, par q
  • seconde(s) (angle), par "
  • seconde(s) (temps), par s
  • stère(s), par st
  • tonne(s), par t
  • volt(s), par V
  • watt(s), par W

Nombres ordinaux

  • premier, premiers, première, premières : 1er, 1ers, 1re, 1res
  • deuxième, deuxièmes : 2e, 2es deuxième ou second : on emploie deuxième quand l'énumération peut aller au delà de deux et second quand l'énumération s'arrête à deux. ex. deuxième République, seconde mi-temps.
  • troisième, troisièmes : 3e, 3es
  • primo, secundo, tertio : 1o, 2o, 3o

Espaces et signes de ponctuation

Les signes de ponctuation à graphisme simple (point, virgule) nécessitent un espace après.
Les signes de ponctuation à graphisme double (« ; », « : », « ? » et « ! ») doivent être précédés d'une espace insécable et suivis d'une autre espace (à l'exception du double point quand utilisé pour exprimer une heure), ainsi que l'exigent les normes typographiques françaises (règles usuelles pour les publications imprimées).
Les espaces insécables sont parfois créées automatiquement par le programme de mise en page.
À noter concernant l'usage des guillemets, que les guillemets droits (« " ») font exception à la règle de la double espace.
Les signes « ? » et « ! » sont en général à proscrire, excepté pour les citations.
La ponctuation s'applique aux formules mathématiques, y compris les formules centrées. Elles doivent donc notamment comporter un point si c'est la fin d'une phrase.
Les tirets de ponctuation (demi-cadratin) qui encadrent les incises prennent une espace avant et après.

Guillemets
L'utilisation des guillemets droits (appelés « guillemets anglais » dans la norme Unicode : "" et “”) est proscrite au profit de l'usage exclusif des guillemets.
On utilise de préférence les guillemets ouvrants («) suivis d'une espace, et les guillemets fermants (») précédés d'une espace, comme le veut la règle pour les publications imprimées. Ces espaces sont rendues automatiquement insécables par le programme lors de l'affichage de la page. Dans la mesure du possible, n'utilisez pas d'entités HTML pour espacer les guillemets.
L'utilisation de guillemets pour mettre en évidence un titre d'œuvre est à proscrire. Utiliser plutôt l'italique.

Intertitres
Les intertitres ne doivent pas être écrits en caractères gras. Il existe cinq niveaux d'intertitres qui doivent toujours être utilisés dans le même ordre.
– Le premier niveau, quelle que soit son importance, doit être encadré de deux signes égal (=) ; par exemple : == Première partie ==.
– Le second niveau doit être encadré de trois signes égal ; par exemple : === Première sous-partie ===.
– Enfin, le dernier niveau doit être encadré de six signes égal ; par exemple : ====== Dernier paragraphe ======.


Italique
L'italique est obligatoirement utilisé dans les cas suivants :

  • pour les titres d'œuvres écrites ou artistiques, les revues, journaux et périodiques mentionnés dans le corps de l'article, dans les bibliographies et dans les légendes d'illustrations ;
  • pour les locutions ou mots étrangers, dont ceux transcrits dans notre alphabet latin ;
  • pour les noms scientifiques d'espèces et de genre en zoologie, et pour tous les niveaux taxinomiques en botanique. On écrit Liliaceae (famille botanique) mais Gekkonidae (famille zoologique) ;
  • pour les bateaux et autres aéronefs, trains, etc. qui portent un nom de baptême spécifique et unique : Naufrage du Titanic.


Quand un élément normalement en italique (titre d'œuvre, citation en langue étrangère, etc.) est inséré dans un texte en italique, cet élément est disposé en romain pour conserver sa lisibilité : Ce texte en italique contient une demi-phrase elle aussi mise en italique et une suite.

Listes à puces
Il convient de distinguer trois cas dans la ponctuation des listes à puces :

Listes composées de groupes nominaux ou verbaux introduites par un deux-points : pas de majuscule en début d'item, le premier niveau se terminant par un point-virgule, le second niveau par une virgule.

Exemple :

Il faut éviter les majuscules superfétatoires :

  • premier terme (pas de majuscule car situé après « : ») ;
  • deuxième terme (pas de majuscule car situé après « ») ;
  • troisième terme :
    • sous-terme 1,
    • sous-terme 2,
    • sous-terme 3 (pas de majuscule car situé après «, »)
    • quatrième terme (qui se termine ici par un point puisque la phrase se termine).

Liste :

  • Tata
  • Titi
  • Toto

Listes composées de phrases ou bibliographies : majuscule en début et point en fin de chaque item.

Exemple :

  • Dans la mythologie grecque, Danaé est la mère de Persée.
  • En astronomie, 61 Danaé est un astéroïde.

Notes
En français, les appels de note doivent toujours précéder la ponctuation : les balises, <ref>texte de la note </ref>, doivent donc être collées au dernier mot auquel la note s'applique, et insérées avant toute ponctuation.

Madame, Mademoiselle, Monsieur
Dans le texte courant, les mots madame, mademoiselle et monsieur s'abrègent généralement au singulier en Mme, Mlle et M. et au pluriel en Mmes, Mlles et MM. lorsqu'ils sont suivis du nom, du prénom ou du titre des personnes dont on parle ou qu'on désigne.

  • « MM. les conseillers sont en conférence avec M. le préfet. »
  • « Mme Durand, accompagnée de Mlles Dupont et Dubois, fit une entrée remarquée. »

Lorsqu'ils sont écrits au long (c'est-à-dire en entier), le Lexique préconise la majuscule lorsque. Ils constituent un titre honorifique consacré par l'Histoire ;

  • Madame Mère ; Monsieur, frère du roi ; la Grande Mademoiselle

ils constituent le premier mot d'un titre d'ouvrage ;

  • « En 1857 paraissait Madame Bovary »;
  • « une représentation de Monsieur de Pourceaugnac »;

Il préconise la minuscule lorsque. Iils sont inclus dans le corps d'une lettre, d'une circulaire, de faire-parts divers ou d'autres formules de correspondance :

  • « D'ailleurs, mademoiselle Marie, je prescris à Mme Richard quelques jours de repos complet à la montagne.»

On emploie la forme de politesse à la troisième personne (et plus généralement quand on s'adresse à la personne) :

  • « Veuillez agréer, monsieur, l'expression... » ; « Non madame, monsieur n'est pas encore rentré. »

Ils sont utilisés comme noms communs :

  • « C'est un vilain monsieur. »

Caractères spéciaux
Il faut utiliser certains caractères qui ne se trouvent pas sur le clavier. Comment les obtenir alors ?

  • Sur Macintosh, l'utilitaire clavier du menu pomme (s'il existe toujours) permet de savoir comment les touches Pommes et Maj, Ctrl, modifient chaque touche du clavier. Ainsi, un æ s'obtient avec Option-a, de même le « e » dans le « o » (ce caractère n'existe pas sur Internet !)... De manière générale, la manière avec laquelle les touches sont modifiées est assez logique et donc facile à retenir...
  • Sur PC, les choses se compliquent un peu. En effet, il faut faire appel à la table des caractères (dans les accessoires, non installée par défaut dans Windows 95) pour savoir le code sur 4 chiffres associé à un caractère (il est affiché en bas à droite de la fenêtre).
  • Ainsi, le æ correspond à Alt-0230, le œ (e dans le o) à Alt-0156...

En savoir plus sur la ponctuation :

Synthèse de l'histoire et des usages de la ponctuation française http://www.la-ponctuation.com
La ponctuation : http://www.webzinemaker.com/admi/m6/page.php3?num_web=8526&rubr=2&id=249324

Majuscules et minuscules
En préambule, il convient de souligner que l'usage confond souvent majuscule et capitale.
Accentuation
Les majuscules doivent être obligatoirement accentuées.
Botanique et zoologie
En biologie, les noms scientifiques à terminaison latine prennent tous une majuscule (Rodentia, Araneae, Pseudolithophyllum expansum). Les noms scientifiques en français portent traditionnellement une majuscule au premier terme (Colubridés, Corallinales, Lutjanidés, Chien de prairie à queue noire, etc.) mais cet usage tendrait à se perdre chez les spécialistes. La majuscule ne s'impose pas non plus si le terme est tombé dans le langage courant (un champignon, un mammifère, une araignée, un papillon, un bouton d'or, etc.). Dans le doute, l'usage ou non de la majuscule pour un nom en français sera laissé à l'appréciation du contributeur, qui veillera toutefois à conserver la même convention typographique tout au long de l'article.
Géographie
Les nom propres géographiques ou toponymes suivent des règles complexes : voir la section dédiée sur cette page.
Monuments et bâtiments publics
Lorsque le nom du monument est composé d'un nom générique suivi d'un nom spécifique (nom propre, adjectif dérivé d'un nom propre ou nom commun faisant fonction de nom propre), le nom générique prend une minuscule et le nom spécifique une majuscule : l'abbaye de Port-Royal.
Lorsque le nom générique suffit à caractériser le monument dans le contexte ou qu'il est précédé ou suivi d'un adjectif non dérivé d'un nom propre, le nom générique prend une majuscule. L'adjectif prend une majuscule s'il est placé avant le nom générique, une minuscule s'il est placé après sauf s'il est lié par un tiret : l'Opéra royal de Wallonie.
Ordres et décorations
Ordres civils, militaires, de chevalerie et religieux
C'est le terme spécifique qui prend la majuscule (et éventuellement un adjectif antéposé), pas le terme générique :

  • l'ordre national du Mérite, l'ordre des Palmes académiques ;
  • l'ordre de l'Aigle noir ;
  • l'ordre national de la Légion d'honneur ou la Légion d'honneur ; l'ordre de la Libération ;
  • l'ordre de Malte, l'ordre du Temple, l'ordre Teutonique.

On ne met pas de majuscule aux grades ou dignités : chevalier, officier, commandeur, grand officier, grand-croix ; ni lorsqu'on désigne un membre d'un ordre religieux sinon dans la désignation officielle de l'ordre : un théatin...

Ordres professionnels
Le terme générique prend une majuscule lorsqu'il désigne un organisme particulier (exemple : l'Ordre national des pharmaciens), une minuscule lorsqu'il désigne une corporation (exemple : l'ordre des pharmaciens).
Le terme spécifique prend toujours une minuscule.

Organismes et associations
Pour les noms d'organismes ou d'associations en français, on mettra de préférence une majuscule au premier mot seulement, les mots suivants commençant par une minuscule. Exemple : École normale supérieure (plutôt que École Normale Supérieure). Cette règle a cependant de nombreuses exceptions et règles dérogatoires.

Exemples :

  • le Muséum national d'histoire naturelle, la Commission européenne : correspondent à la règle ;
  • l'académie de Reims mais l'Académie de médecine ;
  • l'université René-Descartes, l'université de Toulouse, mais l'Université (exemple : le système et les instances universitaires) ;
  • la préfecture de la Haute-Savoie ;
  • le Collège de France : la France est un nom propre ;
  • le Commission européenne ;
  • les Nations unies, ou de façon plus formelle l'Organisation des Nations unies ;
  • le ministère de l'Éducation nationale (l'institution est l'Éducation nationale, pas le ministère).


Pour les noms d'organismes ou d'associations dans une langue autre que le français, on appliquera les conventions typographiques de la langue.

Patronymes
Les noms de famille ne s'écrivent pas en capitales (usage parfois trouvé en français) mais simplement avec une majuscule : on écrit Robert Dupont et non Robert DUPONT.

Pour ce qui est de la particule et contrairement à l'usage du XVIIe siècle, « les noms propres de personnes comprenant un article initial distinct mais inséparable tels La Fontaine prennent une majuscule à cet article (dans les classements alphabétiques ces noms sont classés à La, Le ou Les) ». Même chose pour Du ou Des. En revanche le de, qui peut être supprimé dans certaines tournures, est toujours en minuscules.

Exemple :

  • Jean de La Fontaine ; le marquis de La Fayette.
  • Un sonnet de Du Bellay ; le lettre de Des Grieux.
  • Honoré de Balzac ; Charles de Gaulle.

Les particules étrangères répondent à la règle suivante :

Prennent une minuscule, les particules :

  • allemandes : an, auf, von (der), zu. Exemple : Erich von Stroheim.
  • anglaise : of
  • espagnoles : de, del, de las (les/los), las/les/los, y. Exemple : María de las Mercedes de Borbón.
  • portugaises : a, da, das, de, dos. Exemple : Sérgio Cláudio dos Santos.
  • scandinaves : af, av, von.

Exemple :

  • Barbro Hiort af Ornäs.

Prennent une majuscule, les particules :

  • allemandes : Am, Im, Vom, Zum, Zur.
  • anglaises : A, De, De La, Dos, Mac (ou Mc), O'. Exemple : Cecil B. DeMille, Eugene O'Neill, Douglas MacArthur
  • néerlandaises : De, Den, T', Ten, Ter, Van (der/den). Exemple : Jan Van der Heiden.
  • italiennes : D', Da, Dall', De, Degli, Dei, Del, Dell', Della, Di, Lo. Exemple : Gabriele D'Annunzio, Leonardo Da Vinci.
  • scandinave : De.

Saints
Lorsque l'on désigne un lieu (toponyme) ou la fête calendaire, on écrit Saint avec une capitale initiale et on rattache le terme au nom avec un trait d'union : Saint-Germain-en-Laye.
Lorsque l'on désigne la personne canonisée, saint est alors adjectif et s'écrit tout en minuscule et ne se rattache pas au nom par un trait d'union : la vie de sainte Thérèse d'Avila.

Titres d'œuvres
Les titres d'œuvres suivent des règles complexes : voir la section dédiée sur cette page.

Les capitales ne sont pas des majuscules
La phrase : « LONGTEMPS MARCEL S'EST COUCHÉ DE BONNE HEURE » est écrite en capitales, mais seule la première et la dixième lettres sont majuscules. On s'en rend mieux compte si on écrit cette phrase en petites capitales : « Longtemps Marcel s'est couché de bonne heure ».

JEAN-MICHEL BLATRY ACCUSE Est-il accusé ou accuse-t-il ?

Les majuscules doivent être accentuées.

Capitales et majuscules se distinguent par leur fonction :

  • L'utilisation d'une majuscule est dictée par les règles de l'orthographe : en français, on les utilisera par exemple pour la lettre initiale d'une phrase ou d'un nom propre.
  • Les capitales relèvent, elles, d'un choix de composition typographique. Leur emploi relève moins d'une norme que d'une décision particulière. Un journal ou un site Web pourra par exemple, dans sa charte graphique, décider de composer les titres d'articles en capitales et les sous-titres en petites capitales.

Pour en savoir plus sur l'accentuation des capitales.

Mots composés
Mots composés avec « grand »

  • La forme « grand' » est désuète et a été abandonnée par l'Académie française dans la huitième édition de son dictionnaire, publiée en 1932 et 1935.
  • Le pluriel des mots masculins composés avec « grand- » s'accorde, Exemple : « des grands-pères ».
  • Mais les noms féminins composés, grand ne s'accordant pas en genre, ne s'accorde pas non plus en nombre. Exemple : « des grand-mères ».

Cas particuliers :

  • Le mot « grand-croix », féminin lorsqu'il désigne la décoration, est invariable au pluriel. Mais il devient traditionnellement masculin lorsqu'il désigne le récipiendaire et s'écrit alors « grands-croix » au pluriel ; exemple : « la liste des grands-croix de l'ordre national du Mérite ».
  • « Grand- » reste toujours invariable dans l'adjectif « grand-ducal » : « grand-ducaux », « grand-ducales ». Voir l'article : « Grand-duc ».

Mots composés avec « non » ou « quasi »
Lorsqu'un substantif est précédé du mot « non » ou « quasi », ce dernier est rattaché au substantif par un trait d'union (groupe nominal) : unÉtat de non-droit ; un non-sens ; un traité de non-agression.
En revanche, s'il s'agit d'un adjectif ou d'un participe utilisé comme adjectif, « non » n'est pas relié à l'adjectif par un trait d'union (groupe adjectival) : l'espace non encyclopédique.
Mais la distinction entre substantif et adjectif est parfois délicate :

  • « les non-dits sont plus parlants que certaines paroles non tues »;
  • un non-croyant (substantif) mais une personne non croyante (adjectif).

En termes simples, on place un trait d'union pour former un nom uniquement.

Mots étrangers
Les noms communs étrangers, c'est-à-dire ceux qui ne sont pas entrés dans le vocabulaire français (on dit alors qu'ils sont « naturalisés ») et sont donc absents des dictionnaires du français usuel, sont toujours en italique lorsqu'ils sont écrits avec l'alphabet usuel (dit alphabet latin moderne) ou ses variantes. Exemples de mots étrangers naturalisés : maximum (latin), flash (anglais), graffiti (italien), leitmotiv (allemand), critérium (latin), référendum (latin). Exemples de mots étrangers non naturalisés : in extenso, cross-over, flash-ball, paint-ball.

Lorsqu'un mot étranger a reçu un accent qu'il n'avait pas dans la langue d'origine, lorsqu'il est cité dans les dictionnaires généralistes, lorsqu'il est utilisé sans italique dans les ouvrages de référence, lorsque son genre a changé, alors on peut considérer qu'il est naturalisé.
S'il n'est pas naturalisé, le mot est utilisé en italique avec son genre (masculin/féminin), ses diacritiques et ses formes plurielles d'origine (et la casse d'origine, voir ci-dessous le cas des mots allemands). S'il est naturalisé, il conviendra de l'utiliser sans italique avec le genre, les diacritiques et les pluriels qu'il a reçus avec sa francisation, et qui se trouveront dans les sources.

On note enfin que, même francisés, certains mots conservent leur forme plurielle d'origine (stimulus/stimuli, maximum/maxima).

Nombres et chiffres

Il est recommandé d'écrire les nombres à un seul chiffre en toutes lettres (« au long »).
Par exemple « au bout de deux ans d'existence » et non « au bout de 2 ans d'existence ».
Évitez aussi, autant que possible, de commencer une phrase par un nombre écrit en chiffres.
En règle générale, les nombres seront écrits de préférence « au long » lorsqu'ils indiquent des grandeurs (deux cents mètres, trois mille habitants, quinze francs...) sauf lorsque leur profusion les rendrait difficilement lisibles ; les âges, les dates et les heures seront écrits en chiffres (exemple : « Le 28 janvier, à 18 h 15, j'aurai 24 ans et nous serons quatre amis à passer à table, la première fois depuis cinq ans. »).

Chiffres hexadécimaux
Il n'y a pas de norme, mais les trois façons les plus fréquentes d'écrire en hexadécimal sont :

  • le préfixe 0x : 32 = 0x20 ;
  • le préfixe $ : 32 = $20 ;
  • le suffixe 16 en indice : 32 = 2016.

La méthode de l'indice est utilisable pour les nombres en base quelconque (base vingt, base huit, etc.) et elle est préférable dans les contextes mathématiques.

Téléphone, fax

Téléphone 02 99 32 08 32 - Fax 02 99 32 47 87

Pas de points entre les séries de deux chiffres.

Notes de musique

Sauf raison particulière (différenciation d'octaves, ou autre...), il est recommandé d'écrire le nom des notes en minuscules et en italique, de manière à ce qu'on les distingue bien du reste du texte : « si si est bémolisé » est plus lisible que « si si est bémolisé ». La notation anglo-saxonne se fera en majuscules : B, D...

Points

Toute phrase doit commencer par une majuscule et se terminer par un point. Donc, une phrase ne devrait jamais commencer par une formule mathématique ou un nombre écrit numériquement, car ces derniers ne peuvent pas comporter de majuscule. Lorsqu'une phrase se termine par une formule mathématique, cette formule doit se terminer par un point, qu'elle soit centrée ou non.

Ce point est à placer hors des balises. Il en est de même lorsque la fin de texte est entre parenthèses, le point final doit se placer après la parenthèse (comme cela). (En revanche, lorsque la phrase est tout entière entre parenthèses comme cette phrase, le point se met avant la parenthèse fermante.) Pour les phrases entre guillemets, si la phrase est initiée par un deux points, le guillemet ouvrant est suivi d'une majuscule et le guillemet fermant est précédé du point : « Cette phrase est complète. », puis le texte peut continuer.

Siècles

  • Utiliser les modèles {{XXe siècle}} et {{XXe siècle av. J.-C.}} qui donnent XXe siècle et XXe siècle av. J.-C. Remarquez qu'on n'ajoute pas un second point pour terminer la phrase !
  • Utiliser les modèles {{S-|XX|e}} et {{-s-|XX|e}} qui donnent XXe siècle et XXe siècle av. J.-C.
  • Utiliser les modèles {{XIXe s}} et {{XXe siècle}}s qui donnent XIXe et XXe siècles.

Sigles

Les sigles et acronymes s'écrivent sans point d'abréviation entre les lettres : USA (et non U.S.A.). Les sigles s'écrivent en lettres capitales : URSS (et non Urss).
Les acronymes (sigles se prononçant comme des mots) prennent une majuscule à la première lettre et le reste s'écrit en minuscules s'ils désignent un organisme : Insee, Medef, Datar, etc. mais s'écrivent tout en minuscule s'ils désignent un nom commun : radar, laser, ovni, sida, etc.
En revanche, les sigles et acronymes de trois lettres ou moins resteront typographiés en capitales : ONU, PIB, API, etc.
Lors d'une mise au pluriel, les sigles sont indénombrables. On écrira donc URL et non pas URLs.

Titres d'œuvres (livres, films, etc.)
Dans le corps d'un texte, les titres d'œuvres (livres, films, etc.) sont mis en évidence en italique. L'utilisation de guillemets est strictement à proscrire.
L'article défini précédant le nom est également en italique et prend une majuscule lorsqu'il fait partie intégrante du titre. Les Misérables, Le soleil se lève aussi, Le Monde
Lorsque l'article n'appartient pas au titre, qu'il soit contracté ou traduit, ou si le titre est abrégé, il doit être écrit en romain. Stendhal est l'auteur du Rouge et le Noir.

Une rediffusion de la Grande Vadrouille (la fait partie dans le cas présent du complément de nom).

Un article du Spiegel. Beaumarchais a écrit le Barbier et le Mariage.

  • Pour les bibliographies, voir conventions bibliographiques.
  • Pour les filmographies, voir les conventions filmographiques et sa sous-page.
  • Pour les titres d'articles d'œuvres de musique classique, voir les conventions sur les titres d'œuvres de musique classique.

Titres d'œuvres ou de périodiques en français

En préambule, il convient de préciser que les règles typographiques édictées par le Lexique sont contredites dans certains cas par l'usage flottant des majuscules/minuscules parmi les éditeurs. L'université de Laval indique néanmoins que « sur la couverture d'un livre, par exemple, le graphiste peut décider de n'employer que des bas de casse (minuscules d'imprimerie), même dans les noms propres ; il peut mettre des majuscules initiales à tous les mots ou même utiliser systématiquement les capitales sur toute la page.

Règle générale : seul le premier mot d'un titre d'œuvre ou de périodique prend une majuscule initiale (exception faite des noms propres) : Une saison en enfer.
Si le titre forme une phrase, alors seul le premier mot prend une majuscule : Autant en emporte le vent.
Si le titre est composé seulement d'un adjectif suivi d'un substantif, alors le substantif prend également une majuscule : Tendre Voyou.
Si le titre est composé seulement de deux substantifs successifs, alors chaque substantif prend une majuscule : France Soir.
Si le titre commence par un article défini (le, la, les) et qu'il ne constitue pas une phrase verbale, alors :

  • Le premier substantif prend une majuscule : L'Ami du peuple.

Tout adjectif ou adverbe précédant le premier substantif prend une majuscule : Les Cinq Dernières Minutes.

  • Si le titre est constitué de substantifs énumérés ou mis en opposition (et, ou, ni), chaque substantif prend une majuscule : Guerre et Paix
  • En cas de sous-titre, les principes précédents s'appliquent à chaque partie : Candide ou l'Optimisme.
  • Selon les règles décrites ci-dessus, les substantifs madame, mademoiselle et monsieur sont abrégés en Mme, Mlle et M. au singulier et en Mmes, Mlles et MM. au pluriel. Lorsqu'ils sont écrits au long, ils prennent une minuscule sauf lorsqu'ils sont placés en début de titre. Le Voyage de M. Perrichon.

Les titres professionnels ou militaires (professeur, docteur, président, capitaine, commandant etc.) prennent une minuscule sauf lorsqu'ils sont placés en début de titre. Les Quatre Filles du docteur March.

  • Quand l'auteur a clairement choisi une typographie originale, il est préférable de la respecter si cette graphie est justifiée : on écrit eXistenZ et non Existenz.

 

Que faire en cas de mélange entre deux langues ?

Pour les titres d'œuvres en langues étrangères, on respectera les conventions de cette langue.

Toponymes
Les noms propres géographiques ou toponymes répondent à des règles complexes, selon qu'ils sont simples, composé ou d'origine étrangère.

Règle générale : Lorsqu'il est seul, le nom propre d'origine francophone prend naturellement une majuscule initiale.

Exemples :

  • la France, le Québec, l'Europe, l'Allier, le Brabant.

Cas particuliers :

  • Lorsque le toponyme est composé d'un nom commun d'espèce individualisé par un nom propre ou un adjectif, ce dernier prend une majuscule. Le nom commun reste en bas-de-casse : le bassin d'Aquitaine, le cirque de Gavarnie ;

Exceptions :

Si l'adjectif peut être remplacé par un complément de nom, il reste en bas de casse.

Exemple :

  • la côte atlantique (« de l'Atlantique »), le continent américain (« des Amériques ») ;

Certaines dénominations « traditionnelles » prennent une majuscule au nom commun d'espèce, l'adjectif restant en bas-de-casse.

Exemple :

  • le Bassin parisien, le Massif central, le Pays basque.

Lorsque nom commun et nom propre ou adjectif servent de nom propre à un autre nom commun d'espèce, ils sont liés par un trait d'union et prennent chacun une majuscule, le nom commun restant en bas-de-casse.

Exemple :

  • les îles du Cap-Vert, le massif du Mont-Blanc.

Lorsque le nom propre est accompagné d'un adjectif dont la seule fonction est de distinguer une partie (altitude, langue, nationalité, etc.), l'adjectif reste en bas-de-casse. Exemple : l'Amérique latine, la basse Bretagne, la Guyane française.

  • Lorsque l'adjectif est nécessaire à l'identification, il prend une majuscule et est souvent lié par un trait d'union. Exemple : le Bas-Rhin, l'Arabie Saoudite, l'Asie Mineure, la Haute-Volta, le Moyen-Orient, Terre-Neuve, la Vénétie Julienne.
  • Les noms français ou francisés d'unités administratives (pays, départements, villes, etc.) prennent des majuscules et sont liés par des traits d'union à l'exception de l'article initial. Exemple : Belle-Île-en-Mer, la Côte-d'Ivoire, les Côtes-d'Armor, les Deux-Sèvres.

Précisions :

L'article précédent le nom d'une commune prend une majuscule sauf lorsqu'il est contracté.
Exemple : Le Mont-Saint-Michel, La Nouvelle-Orléans, La Mecque.

L'article précédent tout autre nom que celui d'une commune reste en bas-de-casse.
Exemple : les Batignolles, la Guadeloupe, le bassin de la Villette.

Les noms étrangers d'unités administratives (pays, départements, villes, etc.) respectent autant que possible l'orthographe originale, sans ajout de traits d'union ou d'accents.
Exemple : New York, le New Jersey, le Venezuela, Buenos Aires, le Grand Canyon, le Rio Grande, la Sierra Leone.

Exception : les adjectifs dérivés de noms étrangers et francisés prennent accents et traits d'union.
Exemple : la population new-yorkaise, le peuple vénézuélien.

Les surnoms géographiques prennent généralement des majuscules mais pas de trait d'union.
Exemple : la Côte d'Azur, la Côte Fleurie, le Nouveau Monde, le Val de Loire.

Antonomases
Les antonomases (noms propres utilisés comme noms communs ou inversement) constituant des appellations d'origine s'écrivent avec une minuscule :

  • un verre de bordeaux, une coupe de champagne ;
  • un camembert, du roquefort, du saint-nectaire ;
  • un havane, un sèvres.

La majuscule est toutefois maintenue si le lieu est cité en tant que tel :

  • les vins de Bordeaux ; le vignoble de Saint-Émilion, la tomme de Savoie, la porcelaine de Limoges.

Ainsi, certaines appellations peuvent combiner antonomase et nom propre :

  • un camembert de Normandie, du brie de Meaux.

Hagiotoponymes
Les hagiotoponymes (noms de lieux formés à partir d'un nom d'un saint) prennent une majuscule initiale. De plus, les mots sont reliés par des traits d'union.

Exemple :

  • Saint-Germain-en-Laye.

Unités de mesure
Les symboles d'unités de mesure ne comportent pas de point abréviatif, sont habituellement écrits en minuscules et sont séparés du nombre par une espace insécable.

Deux exceptions importantes :

  • le symbole du degré et ses sous-unités (minute et seconde d'angle) sont collés au nombre (12°51′23″) ;
  • les degrés avec spécification d'échelle prennent la majuscule (°C, °F) mais sont séparés du nombre.

Il est recommandé d'utiliser le système international d'unités (SI) pour exprimer une mesure quelconque. Par exemple : 123 km, 456 N/m, 789 GW/sr. Si un autre système est pertinent, on fournira l'expression alternative entre parenthèses. Par exemple : 123 km (76 mi). Veillez à utiliser les symboles corrects : k signifie : kilo, K signifie : kelvin. Si la mesure est une citation d'une autre provenance (exprimée dans le système anglo-saxon, ou dans un système plus ancien comme le cgs, par exemple), on insérera la version SI.
Par exemple, « [6 100 m], the plane exploded. ».

L'inclusion du modèle {{unité|valeur numérique|unité}} permet de gérer facilement les espaces insécables dans la partie numérique et entre celle-ci et l'unité. À noter qu'à l'intérieur de la balise, et ce contrairement aux conventions typographiques, le séparateur décimal doit être un point sous peine de ne pas obtenir la valeur désirée.
Exemples :

  • {{unité|1000|m}} donnera 1 000 m ;
  • {{unité|12,5|kg}} (usage virgule décimale) donne la valeur erronée 12 5 kg ;
  • {{unité|12.5|kg}} avec un point décimal, on obtient la valeur désirée 12,5 kg, formatée à l'affichage avec une virgule décimale.

Livres utiles pour approfondir le sujet

Lexique des règles typographiques en usage à l'imprimerie nationale, ouvrage collectif de la collection ARTS DU LIVRE de l'éditeur Imprimerie Nationale.

Règles Typographiques en usage à l'Imprimerie Nationale ISBN 2-11-081075-0

Manuel de typographie française élémentaire d'Yves Perrousseaux applicables à l'écriture d'articles, de comptes rendus de réunions, de projets, de messages électroniques ou de pages HTML.

Règles typographiques et normes : Mise en pratique avec LATEX (Broché) de 128 pages format 24 X 17 cm édité par Vuibert en février 2006, écrit par David Carella.

Dictionnaire des règles typographiques, édité en 2005 par Victoire Editions, 288 pages format 13,5 X 18 cm réalisées par Louis Guéry qui fut durant quinze ans directeur du Centre de perfectionnement des journalistes (CPJ) à Paris ISBN : 978-2-908056-96-8


Tous les liens intéressants :

Abrégé de typographie française (Paris V)
Quelques règles de typographie, facilement adaptables à l'écriture web.

Bréviaire d'orthographe française
Un bréviaire de typographie, également téléchargeable au format .hlp (fichier d'aide Windows).
http://mapage.noos.fr/mp2/

FAQ typo de Jacques André
Des articles sur la typographie, dont le manuel "Petites leçons de typographie"
http://jacques-andre.fr/faqtypo

Guide typographique Uzine
Un guide typographique à l'usage de l'internet, sur le site Uzine.
www.uzine.net/article1802.html

Jacques Poitou - Pratiques langagières
Rappels sur la typographie, par un enseignant de l'université de Lyon.
http://j.poitou.free.fr/pro/html/typ/cap-emplois.html

Le conjugueur - Le Figaro
Une application en ligne ainsi qu'un logiciel permettant d'obtenir toutes les formes d'un verbe.
www.leconjugueur.com

Le grand dictionnaire terminologique
Un dictionnaire terminologique comprenant 3 millions de termes français, anglais et latin dans 200 domaines d'activité.
www.granddictionnaire.com


Synapse développement
Une synthèse des principales règles typographiques.

http://www.synapse-fr.com/typographie/TTM_0.htm

 


Haut de page

Un nouveau site !

C'est avec plaisir que nous annonçons le lancement de la nouvelle version du site de Dynadoc. Plus clair, plus rapide, plus beau, un effort important a été réalisé pour donner satisfaction à nos visiteurs. N'hésitez pas à le découvrir et à nous donnez votre avis à son sujet !
Bonne visite...

En savoir plus...

A ne pas manquer...

Pour nous contacter...

Appellez-nous à ce numéro :
+33 02 99 32 08 32

Envoyez un fax :
+33 02 99 32 47 87

Envoyez-nous un email :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Vous êtes ici : AccueilEcrire › Règles et correction orthographique